La baisse de la dotation générale de fonctionnement à bon dos. C’est l’argument mis en avant par le maire de Jouy le Moutier pour diminuer les services à la population.

Si on regarde d’un peu plus près le nouvel élan en pratique. Le maire de Jouy ne baisse pas les impôts locaux mais réduit les services. (Arrêt du boitage du Vivre à Jouy, suppression des multi activités et bien d’autres…) En calculant bien, cela revient à augmenter les impôts mais de façon cachée… Moins de services pour le même prix !!

Les associations paient le prix fort de ce « nouvel élan » alors que durant la période 2008-2014, conscient de la richesse du mouvement associatif et de ce qu’il apporte aux habitants, la subvention a évolué de 78.000€ à plus de 120.000€. Concernant les subventions indirectes, le centre social a accueilli régulièrement l’ensemble des associations pour leurs activités, des LCR leur avaient également été mis à disposition lors du mandat précédent.

Mais le nouvel élan est passé par là : la nouvelle municipalité a décidé de stopper son soutien au mouvement associatif en diminuant les subventions directes et indirectes.

Diminution de l’enveloppe budgétaire, fin de la mise à disposition des locaux pour les associations. C’est la volonté manifeste de donner un coup de frein au dynamisme de la vie associative, garantes d’épanouissement pour les jeunes, les actifs et les séniors.

L’intérêt que porte monsieur le maire à nos enfants est dans la même veine, il suspend l’engagement pris par l’équipe précédente dans le cadre de l’évolution des rythmes scolaires en supprimant les ateliers du mercredi matin contrairement aux villes voisines, mais continue à percevoir la subvention versée par l’état versée à cet effet.

En réalité, le nouvel élan se résume à de la communication sur les projets initiés par l’ancienne municipalité, le reste ne sont que des « économies » au détriment de la qualité du quotidien des jocassiens.

Alors pourquoi avez-vous été élu monsieur le maire !!!

Pour « continuons ensemble »

Janine MAUPERTUIS, Éric LOBRY, Valérie ZWILLING, Bernard MAILLARD, Samir TAMINE, Bernadette

HOEL