Partageons l'avenir

09 novembre 2015

L’heure des choix

Sur fond de crise économique et sociale persistante, l’extrême droite propage ses idées et désigne ses boucs émissaires : « il n’y a jamais eu autant d’étrangers en France ». Et l’accueil des Syriens, vient raviver leur thèse.

Vivre dans un pays en guerre, c’est vivre en état d’angoisse permanente. En ne reconnaissant pas le droit à vivre sur un territoire en paix l’extrême droite et la droite renient concrètement le principe de la Fraternité, troisième pilier de la république française. A Jouy le moutier, nous sommes bien loin de cet esprit de solidarité. Lors du conseil de jeudi 24 Sept, une déclaration du Maire nous a laissé penser que nous étions en Hongrie. Non seulement il est hors de question pour la ville d'accueillir des réfugiés, mais le premier magistrat veut même dissuader chaque famille de participer à cette solidarité en déconseillant à tout Jocassien d'accueillir ces personnes. Il est vrai que le "nouvel élan", nous ramène bien des années en arrière, le maire d’alors, habitant du village également, ne souhaitait pas, non plus, accueillir des habitants de la ville nouvelle.

La ville de Cergy et la région ont fait le choix commun d’accueillir 115 personnes sur la base de loisirs. Et les associations telles que le secours catholique, le maillon ou la Cimade sont là pour les accompagner dans leurs démarches. Ceux et celles qui souhaiteraient aider les réfugiés le peuvent par l’intermédiaire des associations présentes. Merci à tous ces bénévoles et professionnels.

Lorsque toute l’énergie est mise à survivre dans un pays en guerre, il est impossible de développer ses talents. En ne reconnaissant pas ce droit à ces « étrangers », la droite et l’extrême droite renient le second pilier de la république - l’égalité des chances- et un fondement des droits de l’homme.

En reniant les valeurs de la république française la droite fait le jeu de l’extrême droite, qui elle, ne les a jamais reconnues. Entre le « chacun chez soi » de l’extrême droite et le « chacun pour soi » de la droite, les forces de gauche invitent au choix d’une société d’égalité, de liberté et de fraternité pour tous.

Nous sommes encore LIBRES de choisir, d’inventer, ensemble, le chemin et le monde dans lequel nous voulons vivre et voir nos enfants et petits-enfants grandir. Pour venir partager vos idées, vos avis, et nous rencontrer :

Partageons l’avenir

J. Maupertuis, E. Lobry, V. Zwilling, B. Maillard, B. Hoel, S. Tamine, S. Foliguet

Posté par titanus à 22:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 septembre 2015

Le nouvel élan contre les associations

La baisse de la dotation générale de fonctionnement à bon dos. C’est l’argument mis en avant par le maire de Jouy le Moutier pour diminuer les services à la population.

Si on regarde d’un peu plus près le nouvel élan en pratique. Le maire de Jouy ne baisse pas les impôts locaux mais réduit les services. (Arrêt du boitage du Vivre à Jouy, suppression des multi activités et bien d’autres…) En calculant bien, cela revient à augmenter les impôts mais de façon cachée… Moins de services pour le même prix !!

Les associations paient le prix fort de ce « nouvel élan » alors que durant la période 2008-2014, conscient de la richesse du mouvement associatif et de ce qu’il apporte aux habitants, la subvention a évolué de 78.000€ à plus de 120.000€. Concernant les subventions indirectes, le centre social a accueilli régulièrement l’ensemble des associations pour leurs activités, des LCR leur avaient également été mis à disposition lors du mandat précédent.

Mais le nouvel élan est passé par là : la nouvelle municipalité a décidé de stopper son soutien au mouvement associatif en diminuant les subventions directes et indirectes.

Diminution de l’enveloppe budgétaire, fin de la mise à disposition des locaux pour les associations. C’est la volonté manifeste de donner un coup de frein au dynamisme de la vie associative, garantes d’épanouissement pour les jeunes, les actifs et les séniors.

L’intérêt que porte monsieur le maire à nos enfants est dans la même veine, il suspend l’engagement pris par l’équipe précédente dans le cadre de l’évolution des rythmes scolaires en supprimant les ateliers du mercredi matin contrairement aux villes voisines, mais continue à percevoir la subvention versée par l’état versée à cet effet.

En réalité, le nouvel élan se résume à de la communication sur les projets initiés par l’ancienne municipalité, le reste ne sont que des « économies » au détriment de la qualité du quotidien des jocassiens.

Alors pourquoi avez-vous été élu monsieur le maire !!!

Pour « continuons ensemble »

Janine MAUPERTUIS, Éric LOBRY, Valérie ZWILLING, Bernard MAILLARD, Samir TAMINE, Bernadette

HOEL

Posté par titanus à 22:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mai 2015

Projets urbains : rétablissons la vérité

Une légère embellie sur le front de l'emploi est enregistrée avec un recul en janvier et une stabilisation en février. Une bonne nouvelle qui rompt avec une succession de mois moroses. Il faudra cependant rester prudent et ne pas céder à un triomphalisme béat tant qu’une tendance à la baisse n’est pas consolidée dans la durée. Nous espérons que notre ville a pu bénéficier de ces bons chiffres pour des jocassiens en quête d’emploi.

Au niveau local, nous constatons avec regret un immobilisme inquiétant qui n’augure rien de bon pour l’avenir. La ville, à qui on a promis un nouvel élan, somnole. Aucun signe visible d’un quelconque dynamisme, si ce n’est des opérations et actions déjà engagées par l’ancienne majorité.

Lors du conseil municipal du 12 février, nous dénoncions l’amalgame délibéré qui laissait croire que voter contre le budget c’est aussi voter contre la subvention au CCAS ; personne n’est dupe et la pilule ne passe pas. Face à cette supercherie, nous assumons notre hostilité à ce budget et soutenons le versement de la subvention au CCAS.

Ce 4 Mars 2015, une réunion publique a été organisée par la municipalité pour rendre compte de l’avancement des projets urbains. En introduction, le Maire a remercié son prédécesseur pour la concertation menée. Bien maigre consolation pour celui qui, dès son investiture en 2008, a pris à bras le corps ce projet où tout était à construire. Le constat fait en 2008 était alarmant, perte de population, appauvrissement, recettes fiscales en berne. Il a mené avec brio ce travail titanesque en favorisant la concertation avec plus de 3500 participants en six ans, en révisant le PLU, en engageant les études d’urbanisme et les premières esquisses. La présentation du 4 Mars est l’aboutissement de ce processus et la parfaite illustration du travail accompli.

A l’occasion de cette réunion, M Veyrine a annoncé la prochaine fermeture de l’école des retentis et sa reconstruction sur le site des Rougeux. Même si nous soutenons l’initiative, le choix du site pose question. Ne vaut-il pas mieux engager une large concertation avec les enseignants et les parents d’élève pour dégager un consensus sur le lieu d’implantation de la future école? Le quartier des Merisiers nous paraît plus cohérent avec le développement urbain. Aurons-nous l’occasion d’en débattre?

Pour « continuons

Janine MAUPERTUIS, Éric LOBRY, Valérie ZWILLING, Bernard MAILLARD, Samir TAMINE, Bernadette

HOEL

Posté par titanus à 21:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 mars 2015

tract de févirer 2015

Cliquez sur le lien suivant pour ouvir le tract de février du groupe 

tract_2015_01D

Posté par titanus à 20:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Quand budget rime avec opacité !

Ce que nous en retiendrons et pourquoi nous avons voté contre le budget 2015 de manière globale et non, comme notre maire l’a sous-entendu lors des vœux du 17 janvier, contre le budget du CCAS.

                Un budget dans la plus grande opacité

Les montants détaillés par secteur : enfance, jeunesse, culture, espaces verts, voiries…, figurant dans les exercices précédents donnant une vision plus politique de la prévision budgétaire n’ont pas été diffusés lors du vote du budget au conseil de décembre 2014, seule une vision très globale a été présentée lors de ce vote.

Ce manque de transparence s’est également traduit par l’absence de réponse aux nombreuses questions que nous avons formulées concernant les actions concrètes qui nous auraient permis d’avoir un réel éclairage sur les orientations 2015.

                Un budget de fonctionnement dans la continuité de 2014

Malgré le leitmotiv concernant le contexte budgétaire difficile et la baisse des dotations de l’état (-467 000€), les recettes de fonctionnement sont stables. L’augmentation des recettes fiscales (impôts fonciers et locaux) (+267 000€) et de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (+44 000€) viennent en partie compenser la baisse des financements de l’état.

La Maison de la Petite Enfance, un atout envié par les villes voisines a permis d’obtenir des recettes supplémentaires (+182 000€) du fait de la mise aux normes des lieux d’accueil pour les tout-petits.

                Ce que nous retiendrons malgré tout de ce budget en analysant le document comptable officiel faute de mieux :

  • Une hausse inquiétante des frais récurrents de télécommunications (+33 000€ soit +54%).
  • Des indemnités des élus en croissance  de +4 400€ malgré la pression financière.
  • Un absent dans ce budget 2015, le secteur jeunesse.

Alors que lors de sa campagne « Un élan pour Jouy » avait fait une de ses priorités les activités à destination des jeunes, nous constatons plutôt un encéphalogramme plat, voire même une régression.

  • Des économies significatives en matière de communication avec l’abandon de la distribution du Vivre à Jouy

Une simple question : « Ce journal est-il un luxe ? ».

La municipalité entame donc l’année 2015 dans l’opacité en réduisant au strict minimum sa communication et les éléments qui donnent un éclairage sur sa gestion.

Pour « Partageons l’Avenir »

Janine MAUPERTUIS, Éric LOBRY, Valérie ZWILLING, Bernard MAILLARD, Samir TAMINE, Bernadette HOEL.

 

 

 

Posté par titanus à 20:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 janvier 2015

Ni débat ni orientation…

Le débat d’orientation budgétaire, un moment important dans les choix politiques  de gestion de la ville, s’est déroulé en novembre. Il fut un simulacre « d’orientation », sans débat.

M Veyrine a proposé des projets sans fond, sans réflexion préalablement exprimée. Cette façon d’agir traduit, sans doute, la volonté de satisfaire certains, dans l’immédiateté, avec des restrictions pour d’autres, dans la plus grande opacité.

 L’insécurité, point fort de la campagne, trouve réponse dans :

- La création de postes de médiateurs : en  réalité positionnement d’agents en heures supplémentaires sur des horaires de nuit, sans formation préalable. Ces agents assurent la double tâche d’improviser la nuit et leur fonction principale le jour!

- La promesse d’augmenter les effectifs de la police municipale et de procéder à la mise en place de la vidéo-surveillance, d’ici fin 2015, sans évaluation de coût. Or, nous savons bien que le coût précisément vaut bien un débat.

Les oubliés  sont :

- Les ASL avec La suppression du GTI qui crée une injustice pour celles qui n’ont pas procédé à la rétrocession de leurs parties communes. De ce fait, elles se retrouveront avec la totalité des frais d’entretien à leur charge.

- Le SEF, qui a pourtant prouvé son efficacité ces dernières années, perd deux postes d’aide à l’emploi des Jocassiens

- Le secteur enfance/scolaire, qui connait une désorganisation due à une hémorragie de l’encadrement partiellement  remplacé, tout  laisse à penser qu’il fera parti des  restreints. Que signifie le souhait d’optimiser les rythmes scolaire? A cela non plus aucune réponse.

Dans les quelques projections formulées nous retenons :

La promesse électoraliste de campagne, d’implanter la mosquée dans la ZAC des Forboeufs. M Veyrine découvre aujourd’hui qu’elle n’est plus réalisable. Il était pourtant membre de la commission des cultes lors de la précédente mandature et informé des terrains potentiellement et «raisonnablement » mobilisables!

Quant aux recettes, elles sont déjà  estimées avec les effets des nouvelles constructions et l’arrivée de nouveaux habitants. Ce retour ne sera pourtant pas perceptible avant 3 ou 4 ans, voire plus, en raison du retard pris dans la réalisation du cœur de ville, et il sera moindre en raison de la suppression des constructions sur le Bd d’Ecancourt.

Un budget 2015, sans boussole qui peut présager de mauvaises surprises.

Pour  «Continuons ensemble»

J MAUPERTUIS, É LOBRY, V ZWILLING, B MAILLARD, S TAMINE, B HOEL

Posté par titanus à 21:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 décembre 2014

Solidaires…

Si la météo de rentrée a été clémente, le climat économique et politique l’est beaucoup moins. Au niveau international il est même anxiogène, avec le barbare assassinat de notre compatriote Hervé GOURDEL.

Face à cette situation, au niveau global comme au niveau local, la SOLIDARITE est la réponse la plus appropriée. Non à une société où les riches deviennent de plus en plus riches, pendant que les pauvres sont plus nombreux et démunis, avec un patronat français qui ne trouve rien de mieux que de demander une baisse du SMIC.

Localement, cette notion de solidarité relève aussi d’un combat quotidien. Après 6 mois de mandat de la nouvelle majorité, il est trop tôt parler de résultats. Mais les choix et décisions prises aujourd’hui déterminent les résultats de demain. Il en va ainsi de l’emploi d’agents sur certains postes, alors qu’ils n’en disposent pas les compétences requises. De l’abandon de l’urbanisation et de la création d’un parc sur la côte d’Ecancourt, qui allaient créer, à moindre frais, un lien entre le village et le plateau. Va-t-il rester « no man’s land » où les ordures croisent les déchets ? Que dire de l’entretien des chaussées, dont le budget a été réduit ? Qu’en est-il de l’attention apportée aux jeunes ? En dehors d’un local, le respect des jeunes passe aussi par la qualité de leurs interlocuteurs, le soutien à l’emploi, à la culture, au logement…

La notion de « Solidarité » devrait aussi guider le choix de l’emplacement d’une mosquée, notamment dans un environnement où des personnes voudraient assimiler une « secte de terroristes » aux citoyens musulmans. Un tel édifice doit être la fierté de toute une ville, dans un lieu favorisant rencontres et échanges, reconnaissance culturelle, gage du meilleur vivre ensemble pour les générations à  venir.

Pour terminer, peut-être est-ce une habitude à droite de ne pas savoir compter ? Quand Mr Veyrine annonce, dans le vivre à Jouy de septembre, qu’il a trouvé un déficit alors que toutes les recettes de 2013 n’avaient pas été perçues par la ville, il oublie qu’il se retrouve à gérer  une ville riche de tout le patrimoine créé ou rénové depuis 6 ans, avec un taux d’imposition et d’endettement dans les plus bas, de l’agglomération. C’est sans doute pour cela qu’il se prive de 910 000€ de recettes d’investissement prévues au budget primitif 2014...

Pour « continuons ensemble »

Janine MAUPERTUIS, Éric LOBRY, Valérie ZWILLING, Bernard MAILLARD, Samir TAMINE, Bernadette HOEL.

Posté par titanus à 21:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 octobre 2014

Un début inquiétant

Définir un budget est un acte politique majeur puisqu’il traduit les ambitions en projet de réalisation. De nombreux investissements ont été réalisés lors du précédent mandat  pour « une ville à vivre pour tous » :

-          amélioration des conditions d’accueil (mairie annexe, bureaux du centre technique, Point d’Informations Jeunesse, centre social),

-          aménagement des espaces publics (accessibilité, aires de jeux, piste cyclable,…),

-          rénovation de bâtiments communaux (groupes scolaires),

-          Reconstruction du gymnase, du pôle tennis, du centre technique municipal.

Plus de 20 millions ont été investis pour préparer l’avenir, permettant à Jouy le Moutier de capter de nombreuses subventions. L’actuelle majorité juge ces investissements inutiles car «  improductifs ».

Il est admis qu’une gestion en « bon père de famille » est ne pas dépenser plus que ses moyens. Mais même une famille prévoyante recoure à l’emprunt pour abriter les siens et préparer l’avenir. Pour limiter cet emprunt elle réduit les dépenses courantes et accroitre sa capacité d’autofinancement.

Or en la matière les choix de l’équipe municipale vont à contre sens. Non seulement les dépenses de fonctionnement augmentent de 542 000€ mais des recettes d’investissement (383 000€)  pour jardins familiaux et la vente des locaux de la crèche du Noyer (530 000€) sont  supprimés!

De plus pour financer ces dépenses, la majorité actuelle :

-          réduit les possibilités d’aide envers les plus démunis (suppression de 45 000€ de subvention au  CCAS)

-          diminue de 20 000€ les subventions aux associations.

-          ne réalisera pas des travaux d’éclairage ou de voirie, pourtant nécessaires (-140 000€)

Soulignons, enfin, que cette équipe n’a pas le courage de ses engagements envers la  jeunesse (- 23500k€) ou « sécuritaire » (-13000€ sur la vidéo-protection).

Ce budget supplémentaire traduit, sans surprise, l’absence de vision pour l’avenir de la ville et un manque de courage politique. C’est un début inquiétant pour la ville qui continuera à perdre des commerces, des habitants et les recettes qui y sont liées, avec une baisse de la valeur sur tous ses patrimoines privés ou publics.

Un engagement du maire à ne pas augmenter les impôts est incompatible avec l’abandon de recettes et subventions. Que lui reste- t-il? La réduction des services aux habitants ou l’augmentation de leurs tarifs (scolaires…)?

Pour « continuons ensemble »

Janine MAUPERTUIS, Éric LOBRY, Valérie ZWILLING, Bernard MAILLARD, Samir TAMINE, Bernadette HOEL

Posté par titanus à 21:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 août 2014

Des promesses et des actes.

Avant toute chose, nous tenons à remercier, les 2801électeurs (soit 45,5% des suffrages exprimés) qui ont voté pour la liste « Continuons ensemble ». Nous tenons également à remercier toutes les personnes qui ont participé activement au soutien de la liste en donnant de leur temps et de leur énergie pour un résultat pas à la hauteur de leurs attentes.

Notre équipe riche de son expérience acquise lors du mandat précédent, s’attachera à représenter tous les jocassiens dans les instances municipales, pour que notre ville continue sur la dynamique insufflée lors des six dernières années. Forts de nos valeurs nous soutiendront les actions en cohérence avec les axes de notre programme, une ville dynamique et vivante, une ville soucieuse de son environnement, une ville favorisant la réussite éducative et le soutien des personnes les plus fragilisées…

Dans notre action, nous nous engageons à donner notre point vue sur la gestion municipale, pour pratiquer une opposition constructive, mais vigilante. Nous espérons de cette façon sensibiliser les habitants de notre ville à la gestion de leur environnement urbain, social, économique et politique.

Quelques éléments du conseil municipal du 18 avril pouvant surprendre ou interroger, nous ont paru importants à souligner.

En particulier, la nouvelle équipe municipale a confirmé sa volonté d’exercer son droit de préemption urbain lors d’une vente d’un bien, mise en place par nos soins en septembre 2011. Ce choix nous apparaît judicieux pour la mise en œuvre la politique d’urbanisme cohérente. Mais alors pourquoi,  l’équipe d’opposition autour de M Veyrine s’était élevé vent debout contre cette décision la jugeant trop arbitraire et l’assimilant à de l’expropriation ?

Au cours de ce premier conseil, ont également été votées les indemnités des élus. On notera au passage l’évolution significative de l’indemnité du maire par rapport à celle de son prédécesseur. Celle-ci passe de 2370€ à 3222€ en rémunération brute soit une augmentation de  36%. Nous soulignons de ce fait « l’effort » fourni par notre nouveau maire, dont une des annonces de campagne était pourtant de réduire la masse salariale de la ville !!!

Enfin nous avons bien enregistré que les travaux d’urbanisme prendront du retard dans leur réalisation. La municipalité actuelle souhaite amender les projets en cours. Nous espérons seulement que ce retard ne pénalisera pas le développement de notre commune (logements commerces, tant attendus…).

 Pour « continuons ensemble »

Janine MAUPERTUIS, Éric LOBRY, Valérie ZWILLING, Bernard MAILLARD, Sylvie FOLIGUET, Samir TAMINE, Bernadette HOEL.

Posté par titanus à 21:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :